L'artiste et la Grande Guerre

De la représentation à la recréation : l’expérience immersive du Panorama de la guerre (1916) 5 décembre 2014

Journée d'études - L'artiste et la Grande Guerre, le conflit comme inspiration de 1914 à nos jours

 

Intervenante : Anne-Sophie AGUILAR, docteur en histoire de l'art contemporain, post-doctorant Labex CAP (INHA/CRAL), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

 

De la représentation à la recréation : l’expérience immersive du Panorama de la guerre (1916)

Cet article s’intéresse au Panorama de la guerre, projet proposé en avril 1916 au ministère des Affaires étrangères par un collectif d’artistes, et destiné à servir la propagande française dans les pays neutres, en particulier aux Etats-Unis. Noël Dorville (1874-1938) et Emile Othon Friesz (1879-1949), à l’origine du projet, imaginent d’intégrer ce panorama itinérant à un surprenant « camp de la guerre » (ou War fair) accueillant des attractions militaires.

Après avoir étudié les buts politiques du Panorama de la guerre – la démonstration des « crimes allemands » à travers la mise en scène d’épisodes empruntés à une iconographie assez convenue de la propagande française –, nous nous attardons sur l’intérêt du panorama en tant que média de masse susceptible de convaincre une audience lointaine de s’engager dans la guerre. Selon les promoteurs du projet, au-delà des « impressions fugaces et floues du Cinématographe », le Panorama de la guerre propose une expérience immersive transfigurée par l’art, conçu comme le seul moyen d’accéder à la réalité d’un conflit irreprésentable. Enserré dans un véritable cirque de la guerre alternant attractions foraines et images édifiantes, ce dispositif – qui restera à l’état de projet – relève à la fois de l’œuvre d’art totale chère au XIXe siècle et du média de masse du XXe siècle, et entend affronter les défis posés par la représentation de la guerre moderne.

From representation to re-creation, the immersive experience of War Panorama (1916)

This article highlights a proposed project of War Panorama (Panorama de la guerre) designed to serve the French propaganda in neutral countries, particularly in the United States, by a group of artists to the French Foreign Office in April 1916. Noël Dorville (1874-1938) and Emile Othon Friesz (1879-1949), instigators of this project proposal, conceived a surprising « War fair » with military attractions including this panorama.

After studying the political issues of the War Panorama – the display of the « German crimes » described in striking episodes derived from the French propaganda iconography –, we will study how the panorama can be associated with a mass media liable to convince a distant audience to engage in the First World War. According to the artists, beyond the « fleeting and blurred impressions of the Cinematograph », the War Panorama offers an immersive experience sublimated by art, which is the only way to reach reality of an undepictable conflict. Included in a real war show with amusement rides and edifying images, this project both a nineteenth century total work of art and a twentieth mass media challenges the representation of modern war.




Début de la vidéo
Cochez la case pour indiquer le début de lecture souhaité.